En détail

Thérapie psychologique de la douleur chronique

Thérapie psychologique de la douleur chronique

L'une des sensations les plus invalidantes qui existent est la douleur. Lorsque notre tête nous fait mal intensément pendant quelques heures, à plusieurs reprises, nous devons quitter nos devoirs, prendre des médicaments et nous reposer. Les douleurs dentaires sont également sévères, tout comme la chirurgie post-opératoire, par exemple, d'une opération d'appendicite. Si ce type de douleur peut nous neutraliser temporairement, Comment ce sera de vivre avec une douleur chronique? Heureusement, la psychologie est également prête à offrir une thérapie psychologique pour la douleur chronique.

Tout au long de l'article approfondira le type de thérapie psychologique pour la douleur chronique la plus utilisée, ainsi que différentes techniques qui vont de la relaxation à la méditation. Il est important de noter que cet article est informatif et passe brièvement en revue le fonctionnement de la psychologie dans la douleur chronique. Il est donc recommandé que ceux qui souffrent de douleur chronique s'adressent à un professionnel à la fois en médecine et en psychologie.

Le contenu

  • 1 Thérapie psychologique de la douleur chronique
  • 2 Thérapie cognitivo-comportementale
  • 3 Respiration et relaxation
  • 4 Pleine conscience

Thérapie psychologique de la douleur chronique

La thérapie la plus couramment utilisée pour la douleur chronique est la thérapie cognitivo-comportementale (TCC). À travers elle, les émotions, les pensées et le comportement sont travaillés. En même temps, un accent particulier est mis sur la restructuration cognitive. Un autre aspect pertinent et faisant partie de la thérapie est l'information offerte au patient. Il est important de savoir que la douleur n'est pas seulement composée d'un facteur physique, mais plusieurs autres aspects sont impliqués. Parmi les différents facteurs que nous trouvons:

  • Physique À ce stade, non seulement la douleur elle-même compte, mais aussi la tension que cette douleur peut provoquer. Lorsque, par exemple, notre douleur cervicale fait mal, la tension à laquelle nous sommes soumis peut augmenter la sensation de douleur.
  • Émotionnel. Lorsque nous sommes en colère, la douleur augmente. Quand quelque chose fait mal et que nous nous mettons en colère, que se passe-t-il? Ça fait plus mal. Combien de fois avons-nous dit à quelqu'un de nous laisser seuls parce que notre tête nous faisait mal? Ainsi, l'émotion influence également la sensation de plus ou moins de douleur.
  • Cognitive L'aspect cognitif est très important. Dans cette section, les distorsions cognitives deviennent pertinentes. Par exemple, des phrases comme: "Je ne m'en remettrai jamais", ils ne font que provoquer la négativité et nous empêchent de voir les aspects positifs que nous avons.
  • Social. Lorsque nous sommes seuls, nous sommes plus susceptibles de ressentir de la douleur que si nous avons un cercle familial et amical sain. Le soutien profite à la santé et, par conséquent, diminue la sensation de douleur.

Les informations sont essentielles pour que vous sachiez que la douleur n'est pas quelque chose de physique, mais qu'il s'agit d'un travail multiple entre la partie physique, les aspects émotionnels, cognitifs et sociaux.

Thérapie cognitivo-comportementale

Mais quelle est la thérapie psychologique de la douleur chronique basée sur la TCC? Tout d'abord, notez que la thérapie CBT est basée sur le fait que toute expérience et / ou événement est vécu et vécu différemment selon la façon dont chaque personne l'interprète. Face à une situation spécifique, certaines pensées et croyances sont mises en mouvement qui conditionneront nos sentiments et émotions qui nous guideront vers un type de comportement.

Les chaînes de pensées, d'émotions et de comportements de chacun de nous déterminent la façon dont nous allons faire face à différentes situations au jour le jour, y compris l'expérience de la douleur. Comme nous pouvons le voir ci-dessous, CBT agit sur les domaines susmentionnés en tant que facilitateurs de la douleur:

  • Éléments physiques. Lorsque les muscles sont tendus, ils font plus mal que lorsqu'ils sont détendus.
  • Les émotions Lorsque nous sommes tristes ou en colère, la douleur est plus intense.
  • Cognitions Il y a de mauvaises pensées qui influencent directement notre humeur. Utilisation de la restructuration cognitive pour détecter ces pensées et les échanger contre des pensées plus saines et positives.
  • Relations sociales. Le soutien des autres est important et il existe des techniques capables d'augmenter les interactions personnelles.

Respiration et relaxation

Il existe deux types de respirations: pectorale et abdominale ou diaphragmatique. Le premier a tendance à prédominer dans les situations de stress, d'anxiété et de fatigue. Le second est profond, il calme et procure une relaxation au système nerveux central et aux périphériques. La respiration abdominale est composée de trois étapes importantes: inspiration par le nez, rétention d'air pendant quelques secondes et expiration, encore une fois, par le nez. Le but de la respiration est la relaxation, alors que nous apportent la respiration diaphragmatique et la relaxation?

Que nous apporte la respiration diaphragmatique?

  • Augmente la capacité pulmonaire.
  • Perfectionnez le processus respiratoire.
  • Purifiez les voies respiratoires.
  • Effets positifs sur la circulation.
  • Effets positifs sur le système nerveux: effet relaxant.
  • Effets sur l'esprit le laissant plus serein et calme.

Qu'est-ce qui nous relaxe?

  • Elle affecte la base psychophysiologique de la douleur grâce à l'apprentissage de la réponse en désactivant l'hyperactivité musculaire.
  • Rupture du cercle tension-douleur-tension.
  • Désactivation somatique.
  • Diminution de l'anxiété associée à l'expérience de la douleur.
  • Perception accrue de la maîtrise de soi et de l'auto-efficacité.
  • Régulation du sommeil.

Pleine conscience

Enfin, la méditation, dans laquelle la relaxation est également pratiquée, représente une combinaison idéale avec la TCC pour traiter la douleur chronique. L'aspect fondamental de la pleine conscience dans la douleur est à la fois ne pas juger les pensées et les émotions comme apprendre à contrôler l'attention. Mais qu'est-ce que l'attention vraiment?

L'attention c'est la capacité qui nous permet d'assister à des stimuli spécifiques sans être distrait par d'autres stimuli, interne ou externe. Concentrez l'activité mentale. Vous ne pouvez pas assister à deux stimuli en même temps. Caractéristiques principales des soins:

  • Nous choisissons généralement les stimuli les plus récents, les plus intenses, ceux qui nous excitent, ceux qui nous terrifient…
  • Vous ne pouvez pas assister à deux stimuli en même temps de manière optimale.
  • Nous vivons généralement avec le "pilote automatique" mais nous pouvons apprendre à le contrôler.

Grâce à la pratique de la pleine conscience, nous apprendrons à ne pas concentrer l'attention uniquement sur la douleur. La douleur a également une composante d'attention très élevée. Si nous ne prêtons attention qu'à la douleur au lieu d'autres stimuli plus positifs, la sensation douloureuse augmente. C'est pourquoi il est si important d'apprendre à concentrer l'attention sur un stimulus plus positif et à ne pas juger la douleur négativement. Dans ce lien, vous trouverez une session pratique de pleine conscience.

Bibliographie

  • Caudill, M. (2011). Contrôlez la douleur avant que la douleur ne vous contrôle. Madrid: Espasa Libros.
  • Miró, J. (2006). Douleur chronique Procédures d'évaluation et intervention psychologique. Bilbao: Editorial Desclée de Brouwer.
  • Moix, J. et Kovacs, F. (2015). Manuel de douleur Traitement comportemental cognitif de la douleur chronique. Barcelone: ​​Espasa Books.
  • Robles, H. et Peralta, I. (2015). Programme de contrôle du stress. Madrid: Éditions Pyramid.