En détail

Degrés de maturation et de croissance personnelle en psychologie humaniste

Degrés de maturation et de croissance personnelle en psychologie humaniste

Pour comprendre le concept de santé et de maladie dans l'approche humaniste, il est important de comprendre la conception psychologique qu'ils ont de l'être humain, qui a comme principes d'autonomie et de réalisation de soi chez l'homme, la recherche de sens à l'existence et la conception globale de l'être humain.

Le contenu

  • 1 Les principes de l'humanisme
  • 2 Personnalité mature vs immature
  • 3 Difficultés à réaliser le processus de maturation

Les principes de l'humanisme

Les principes de la perspective humaniste sont conçus comme suit:

  • Autonomie et interdépendance sociale: l'autonomie signifie ici la capacité de diriger son propre développement, de prendre des décisions et d'accepter des responsabilités. On soutient que l'autonomie individuelle et la responsabilité sociale ne sont pas des principes contradictoires mais complémentaires, de sorte que seul un individu autonome peut rendre des comptes à la communauté.
  • Réalisation de soi: il est conçu comme une tendance inhérente à l'organisme qui le pousse vers la croissance et la différenciation. Le développement de cette tendance dépend en grande partie de la satisfaction antérieure des besoins fondamentaux de l'organisme.
  • Recherche de sens: Ici, l'accent est mis sur la nature intentionnelle de l'action humaine. Il soutient que l'homme se déplace non seulement par des motivations matérielles, mais aussi par des principes axiologiques, tels que la liberté, la justice et la dignité, qui signifient la tentative de transcender sa propre existence.
  • Conception globale de l'être humain: l'être humain est considéré comme une Gestalt, un ensemble intégral dans lequel le sentiment, la pensée et l'action forment un tout organique.

Nous devons garder à l’esprit que ce modèle accepte que l'individu ne réagit pas à la réalité, mais à la perception qu'il a; Cette expérience subjective ne peut pas être connue d'une autre personne, elle ne peut être déduite qu'avec empathie ou comprise à travers la narration du même sujet. Le monde intérieur de la personne est un champ dans lequel tous les éléments interagissent et dans lequel il est difficile, voire impossible, d'identifier une causalité concrète.

En fait, la croyance fondamentale de ce modèle est que l'individu est soumis à un processus de croissance appelé maturation, qui consiste à passer du support de l'environnement à l'autosuffisance, puisque l'être humain semble orienter sa vie vers un processus croissant d'autonomie et d'indépendance. Ce processus de maturation se déroulera correctement si l'individu est capable de discriminer ses besoins et ses limites lorsqu'il s'agit de les atteindre.

Personnalité mature vs immature

Caractéristiques de la personnalité mature ou fonctionnelle

Les personnes qui travaillent bien, guidées par leurs besoins, ont généralement un ensemble très riche d'expériences bien acceptées et assimilées. Ils ressentent leurs émotions sans se déformer et peuvent activer leur énergie et aller dans la bonne direction. Ils ont une grande capacité de discrimination pour identifier les expériences satisfaisantes et rejeter les inconvénients ou se séparer. Ils ont tout un arsenal de possibilités et d'alternatives qui leur donnent flexibilité pour s'adapter aux différentes conditions vitales, ce qui garantit l'équilibre et le bien-être.

Caractéristiques de la personnalité immatures ou dysfonctionnelles

Les individus dysfonctionnels, en échange, ils peuvent avoir peu d'expériences ou plusieurs mais mal acceptés ou assimilés, ou être coincés dans des situations inachevées. Ils déforment leurs émotions, ce qui rend difficile pour eux de mobiliser et d'utiliser correctement leurs ressources. Tout cela les empêche de vivre l'expérience ici et maintenant, et de pouvoir s'enrichir de cette expérience et mûrir.

Les autres difficultés qu'ils pourraient rencontrer seraient les suivantes: ils ne ressentent pas leurs sensations; ils les ressentent mais ils se bloquent à les identifier, ce qui les transforme en menaçants et donc les réprime; ils réalisent ce dont ils ont besoin, mais ils ne développent pas assez d'élan pour exécuter ce qu'ils savent être bon pour eux; ils ont de l'énergie, mais ils ne peuvent pas se mettre sur la bonne voie pour obtenir ce qu'ils veulent; difficultés actuelles à discriminer les expériences; ils ne peuvent pas se reconstituer après avoir atteint un objectif, et donc ils sont en mouvement continu, sans pouvoir assimiler correctement leur expérience. Tout cela engendrerait une insatisfaction et des souffrances qui se manifesteraient par différents symptômes.

La névrose serait liée à des besoins non satisfaits ou la satisfaction de ceux qui ont été interrompus prématurément.

Dans les modèles humanistes pour expliquer pourquoi l'individu se comporte de manière dysfonctionnelle, il ne fait pas appel au passé, à l'histoire personnelle, mais aux mécanismes du présent qui agissent pour maintenir le dysfonctionnement. Comme ça l'individu qui fonctionne bien est dans "ici et maintenant", même si vous considérez le passé et planifiez votre avenir; vivre, penser et agir dans le présent. Croisez entièrement dans ce que vous faites, vous vous engagez dans l'expérience, si vous la sentez enrichissante. En échange, l'individu dysfonctionnel a tendance à bloquer le contact, à se restreindre, à se limiter. Souvent, il ne sait pas ce qu'il ressent, a du mal à exprimer correctement ses émotions et les utilise incorrectement dans le processus d'activation.

Une personne en bonne santé est donc celle qui, tout au long de la vie, s'enrichit d'expériences, mûrit et gagne ainsi en liberté, en flexibilité et en capacité de se rapporter à elle-même et aux autres.

Les troubles psychopathologiques sont des défenses, des dénis, des stagnations, des renoncements ou une perte de liberté de la personne, qui ne peut ainsi suivre le processus de maturation et de croissance vitale.

Difficultés à réaliser le processus de maturation

Selon Rogers, il existe deux types de comportements pathologiques qui entravent le processus de maturation:

Comportement défensif névrotique

Cela se produit lorsque le sujet ressent comme une menace les expériences incompatibles avec l'image qu'il a de lui-même. Une structure rigide est alors construite, l'objectif est de défendre le système. Pour ce faire, il utilise des mécanismes répressifs, c'est-à-dire ceux qui annulent une partie de l'expérience. Quand ils échouent, la tension et l'angoisse sont générées.

Exemple

La Rosa est une femme de quarante-trois ans avec une faible estime de soi. À l'école, bien qu'il ait étudié dur, son professeur lui a toujours donné cinq et lui a dit qu'il était très stupide. Il s'est marié jeune et pendant que son mariage a duré, il s'est consacré aux travaux ménagers. Lorsqu'il a décidé de se séparer, il a retiré le FP-1 et le FP-2 de la branche administrative, s'est présenté aux oppositions et les a retirées. Maintenant, il a décidé d'étudier une carrière. Elle est nerveuse et ne lui fait pas confiance pour être au niveau de ses camarades de classe. Chaque fois qu'elle obtient une bonne note dans certains emplois, elle l'attribue à la chance, au fait que l'enseignante est très peu exigeante, que ses camarades de classe n'ont pas beaucoup travaillé ... Ce n'est jamais parce qu'elle a assez d'intelligence pour bien le faire. Ce serait incompatible avec l'image d'elle-même comme «stupide».

Comportement régressif et désorganisé

Ils se produisent lorsque l'incohérence entre l'image de soi et l'expérience est trop grande et les mécanismes défensifs sont incapables de soutenir l'organisation. Dans ces conditions, la structure peut s'effondrer, ce qui produit des crises et des changements soudains, et se traduit par le comportement erratique et contradictoire caractéristique de la psychose.

Exemple

Maria a soixante-quatre ans et vient de prendre sa retraite. Elle était propriétaire d'une usine textile. Sa vie était l'usine. Son mari travaillait également dans l'entreprise familiale mais son rôle était commercial, ce qui le rendait compatible avec l'attention de leurs enfants. En fait, Maria a à peine eu des contacts avec eux. Depuis qu'elle a pris sa retraite, elle dit que son mari cache ses bijoux de famille, casse les plinthes de la salle de bain et ouvre les fenêtres de la chambre pendant qu'elle dort pour se rafraîchir. Il nie tout.

Peut-être que Maria sent qu'elle n'a aucun rôle dans la vie et que sa structure s'érode.

Les personnes névrosées réagissent à une expérience qui ne confirme pas leur image avec tension et angoisse, car sa structure a du mal à opérer les changements qu'implique ce nouveau concept de soi.

Les personnes ayant un fonctionnement psychotique le font avec un comportement erratique et contradictoire., puisque sa structure s'effondre car elle ne peut assimiler cette nouvelle réalité interne ou externe.

Les psychologues humanistes décrivent les mécanismes de résistance ou d'évitement du contact que nous utilisons habituellement pour nous défendre des expériences non confirmatives de l'image de nous-mêmes. Ces mécanismes sont utiles et «normaux», mais ils deviennent pathologiques s'ils sont utilisés de manière rigide et en dehors du contexte dans lequel ils sont acceptables. Ce serait:

Introjection

Il est entendu que l'internalisation d'un événement extérieur de manière plus ou moins aveugle.

Exemple

L'introjecteur pathologique se contente «d'avaler» le tout, sans «essayer» ni «mâcher», sans faire la différence entre ce qui est inutile et ce qui est vraiment nécessaire.

Si l'introjecteur dit à quelqu'un qu'il est muet, il le croit sans tenir compte de ce qui s'est passé, de ce qu'il a fait et si son comportement a été adéquat ou non, et quelles sont les raisons explicites et implicites de l'autre de le dire. Pour lui, il est plus facile de supposer ce que les autres disent, si douloureux soit-il, que d'affronter et d'entrer en conflit, car il ne fait pas confiance à ses possibilités et / ou ne croit pas fermement à ses raisons.

Projection

Est l'opposé de l'introjection; Dans ce cas, le moi envahit le monde extérieur. La projection "saine" permet de comprendre l'autre, mis en place, tandis que le pathologique se caractérise par un fonctionnement habituel et stéréotypé. Le projecteur pathologique ne peut pas accepter ses propres actes ou sentiments inappropriés afin qu'ils ne correspondent pas à sa propre idée de lui-même, "ne devrait pas" avoir. Par conséquent, il ne reconnaît pas ses problèmes et ses responsabilités et les attribue aux autres. Il n'est pas capable de reconnaître les aspects rejetés de lui-même, mais il est très habile à les reconnaître chez les autres.

Exemple

Luis demande à Ana où elle va et avec qui. Cela rend la vie impossible. Il est jaloux parce qu'il pense flirter avec les garçons. Lorsqu'il est en thérapie, il reconnaît qu'il aime beaucoup séduire et qu'il le fait généralement au travail avec tous les partenaires.

Retroflection

Qui utilise ce mécanisme? il se tourne vers ce qu'il veut faire à l'autre, ou il se fait ce qu'il veut qu'un autre lui fasse. Une rétroflexion "saine" est nécessaire, les impulsions agressives et les désirs sexuels ne peuvent pas être exprimés de manière "sauvage". Ce mécanisme peut être utilisé pour rectifier et corriger. Mais le rétroflecteur habituel abandonne toute tentative d'influencer l'environnement, et devient une unité isolée et autosuffisante, qui impose de sévères restrictions aux échanges entre l'environnement et lui. Lorsqu'il est chroniqué comme un mécanisme, il donne lieu à des attitudes masochistes, des somatisations ou des satisfactions narcissiques.

Exemple

La Rosa est une jeune fille de vingt ans qui souffre d'anorexie mentale. Elle est hospitalisée Chaque fois que sa famille annonce qu'il ne peut pas venir lui rendre visite, il commence à frapper contre le mur.

Déviation

C'est une manœuvre qui tend à éviter tout contact direct avec une autre personne. C'est une attitude d'évitement, de manipulation, de contournement. Le déflecteur plaisante sur les choses sérieuses, évite de regarder l'interlocuteur dans les yeux et s'écarte du sujet lorsqu'il parle. Il préfère les émotions "faibles" aux émotions "fortes". La déviation peut être une stratégie efficace si l'individu ne veut pas s'impliquer, mais une utilisation chronique empêche un véritable contact. Il est caractéristique de la chicane se sentir ennuyé, vide, indifférent et hors de propos.

Exemple

Núria vient en thérapie pour les problèmes d'anxiété. Il a du mal à se plonger dans les choses et maintient un ton amusant et superficiel. À un moment donné, le thérapeute souligne que son anxiété pourrait la protéger des sentiments dépressifs. Nuria répond: "Que je vais devenir déprimé. C'est ennuyeux, non?"

Confluence

C'est une situation sans contact, sans confrontation. Il s'agit d'un style relationnel dans lequel l'individu essaie de ne pas avoir de friction, fuit les conflits dans l'espoir d'éviter l'agression des autres ou d'obtenir des "récompenses" pour son "bon comportement".. La personne qui l'utilise ne fait pas ce qu'elle aime, mais s'adapte à ce qu'elle pense que les autres exigent. Seuls les pensées, sentiments ou comportements qu'il suppose que les autres attendent sont autorisés. Cela peut être approprié dans certaines circonstances, si la personne a d'autres objectifs et préfère ne pas avoir de problèmes qui la distraient. Mais si cela devient une façon d'être habituelle, cela limite beaucoup votre vie et est généralement une source d'insatisfaction et de ressentiment, surtout si vous n'obtenez pas les «prix» que vous attendiez.

Exemple

Teresa a de graves problèmes d'insécurité qui, selon elle, compensent en pensant que c'est ce que les autres veulent qu'elle fasse et qu'elle le fasse. Mais cela renvoie une triste image d'elle-même qu'elle ne peut plus.

Tests associés
  • Test de personnalité
  • Test d'estime de soi
  • Test de compatibilité de couple
  • Test de connaissance de soi
  • Test d'amitié
  • Suis-je amoureux